La situation actuelle dans le paysage suisse des hautes écoles est préoccupante: la décision récente d’augmenter les taxes d’études à l’Université de Bâle ou encore l’initiative parlementaire pour tripler les taxes d’études pour les étudiant-e-s étrangers/ères dans les écoles polytechniques fédérales n’en sont que deux exemples, frappants et inquiétants. Il semblerait que les politiques souhaitent définir la Suisse comme un lieu de formation, de recherche et d’innovation réservé à une élite socio-économique. L’Union des étudiant-e-s de Suisse (UNES) s’oppose à ces atteintes à l’égalité des chances; en ce sens, la Commission de politique des hautes écoles de l’UNES (Hopoko) organise une semaine d’action nationale du 13 au 20 septembre 2013 pour « Un accès ouvert à la formation ».

L’année académique 2012-2013 a été marquée par une forte pression politique, de toute part, pour augmenter les taxes d’études en Suisse. Cette volonté de reporter les coûts de la formation sur les étudiant‑e‑s a pour origine un désengagement de plus en plus fort du financement public dans ce domaine qui  préoccupe les étudiant-e-s, ces augmentations allant à l’encontre du principe d’égalité des chances entre les étudiantes et les étudiants et restreignant considérablement l’accès aux études supérieures.

L’éducation ne peut être un lieu de sélection et doit offrir à toutes et à tous les moyens de se former et de s’impliquer. Pour cela, il est nécessaire que la Confédération et les cantons reprennent leurs responsabilités et investissent dans l’avenir de la Suisse. Considérant ainsi la formation comme un bien public, il est primordial d’assurer un accès ouvert aux études afin de garantir à quiconque de pouvoir entreprendre une formation.

Pour cette rentrée académique, les associations membres de l’UNES rappellent qu’elles restent massivement opposées à de telles augmentations des taxes d’études. En ce sens, la Commission de politique des hautes écoles de l’UNES organise une semaine d’action nationale pour « un accès ouvert à la formation ». Les actions cantonales, mises en place par les sections de l’UNES dans leurs hautes écoles respectives, seront communiquées par les différentes sections et prendront place dans les deux écoles polytechniques fédérales (Zürich et Lausanne), dans les universités de Bâle, Berne, Fribourg, Lausanne, Neuchâtel, Zürich et dans les hautes écoles spécialisées de Berne et du Nord-Ouest de la Suisse. Le but de cette semaine d’action est de donner un signal clair aux politiques et aux autorités : les étudiant-e-s ne peuvent prendre à leur charge le désengagement financier des pouvoirs publics pour la formation.

Pour l’égalité des chances et contre les discriminations socio-économiques – parce que la formation, c’est l’avenir !