L’actuel Conseil suisse de la science (CSS) demandait déjà en 2006 une harmonisation des bourses, l’évaluation continue de l’efficacité du système, ainsi que la coordination des frais d’études avec les instruments de financement de la formation.

Lors de la séance du CSEC-N du 24 mai 2018, l’Union des étudiant-e-s de Suisse (UNES) ainsi que l’Association générale des étudiant-e-s de l’Uni Fribourg (AGEF) ont signalé que des améliorations sont toujours nécessaires dans le domaine des bourses et des frais d’études. L’UNES va également affirmer la position des étudiant-e-s au cours de la Conférence intercantonale des bourses d’études (CIBE) de ce jour.

« La Confédération devrait au plus vite réévaluer à la hausse les dépenses pour les bourses d’études, qui ont été sévèrement amputées par la péréquation financière nationale. C’est le prérequis pour que des bourses suffisantes puissent être proposées à toutes les personnes qui en dépendent, » affirme Jonas Schmidt, coprésident de l’UNES.

D’autres problèmes doivent être abordés avec les administrations cantonales : la longueur des délais de traitement, les seuils d’exonération trop bas (pour les activités rémunérées complémentaires), mais aussi le remplacement partiel des bourses par des prêts (comme à Lucerne et en ce moment en Argovie). Ces problèmes empêchent un parcours académique rapide et sans accrocs, et peuvent causer l’abandon des études.

L’UNES demande ceci : Tou-te-s les étudiant-e-s doivent bénéficier des mêmes conditions générales de formation ; et ce non seulement en théorie, mais aussi au quotidien. Les difficultés financières ne doivent pas bloquer l’accès aux études à des personnes qualifiées. »

Pour plus d’informations, merci de vous adresser à : Jonas Schmidt, coprésident