Le Conseil national a traité le message FRI pour les années 2017-2020 une deuxième fois jeudi. Cette fois, il a décidé d’augmenter les moyens pour les hautes écoles et la formation professionnelle, et a ainsi éliminé ses divergences avec le Conseil des Etats. Pour l’Union des étudiant-e-s de Suisse (UNES), le message FRI reste insatisfaisant, tout particulièrement les contributions fédérales pour les bourses d’études, qui n’ont pas été augmentées malgré les promesses faites suite à l’initiative sur les bourses d’études.

Le crédit-cadre pour les domaines de la formation, de la recherche et de l’innovation est simplement insuffisant, même avec les moyens supplémentaires pour les EPF, les universités, les hautes écoles spécialisées ainsi que pour les établissements de recherche d’importance nationale et pour la formation professionnelle supérieure qui ont été décidés par le Conseil des Etats en début de semaine et par le Conseil national jeudi matin. En effet, contrairement à ce que prétend le Conseil national, son projet du message FRI a pour conséquence des coupes dans le domaine des hautes écoles. Le fait que ce domaine soit de surcroît particulièrement touché par des mesures d’austérité fédérales et cantonales rend la situation encore plus difficile et instable. La formation étant notre meilleure ressource, et étant en outre économiquement favorable, il n’est que judicieux est conséquent d’y investir.

„Le message FRI est particulièrement décevant pour les étudiant-e-s et les possibles futur-e-s étudiant-e-s qui ont besoin de soutien financier“, regrette Gabriela Lüthi, membre de l’UNES. Lors de l’initiative sur les bourses d’études, il y avait un grand consensus sur la nécessité des bourses d’études pour l’accès équitable à la formation, celles-ci étant un prérequis à cette équité. Les grandes différences cantonales en matière de bourses d’études persistent encore aujourd’hui, étant donné que huit cantons n’ont toujours pas signé le concordat intercantonal sur les bourses. Depuis cette année, seuls les cantons remplissant la majorité des points du concordat sur les bourses d’études reçoivent des subventions fédérales. Une nette augmentation des contributions serait une incitation pour tous les cantons à signer le concordat et donc à améliorer le système suisse des bourses d’études. “Il est fortement regrettable que l’importance de la formation pour toutes et pour tous selon les intérêts et les capacités ne soit pas reconnue par la majorité des élu-e-s”, conclut Gabriela Lüthi.

Contact:
Gabriela Lüthi

CP Message FRI CN2