Non à l’augmentation des taxes d’études: un film de VSS-UNES.

Actuellement, deux interventions au sein du Parlement suisse inquiètent les étudiant‑e‑s. Bien qu’elles proviennent de représentant-e-s de partis très différents, elles vont néanmoins dans le même sens : la motion Keller vise à un doublement général des taxes d’études pour les étudiant-e-s étrangers/ères. L’initiative Nordmann demande à ce que les taxes d’études dans les EPF soient jusqu’à triplées pour les étudiant‑e‑s dont le domicile fiscal des parents n’est pas en Suisse. Les deux interventions visent à introduire une différence de traitement injustifiable entre les étudiant‑e‑s et vont à l’encontre de l’égalité des chances.

Les discussions autour de l’augmentation des taxes d’études dans les hautes écoles spécialisées et les hautes écoles cantonales sont également à l’ordre du jour – il ne s’agit alors pas d’un problème spécifique aux EPF. Il est tenté, à tous les niveaux, de privatiser le financement des hautes écoles au moyen de taxes d’études élevées, et ainsi de restreindre l’accès aux hautes écoles.

Ces développements sont inacceptables. Ils mettent en danger l’égalité des chances et le libre accès à la formation. Chacune et chacun doivent pouvoir entreprendre une formation tertiaire selon ses capacités et ses intérêts et non en fonction de l’épaisseur de leur porte-monnaie. Au lieu de développer enfin des solutions pour assurer un financement public adéquat des hautes écoles, les étudiants sont une fois de plus contraint‑e‑s, avec ces deux interventions parlementaires, d’endosser la responsabilité (financière).

A l’occasion de sa 159e Assemblée des délégué‑e‑s, l’UNES a organisé une action afin d’exprimer son mécontentement concernant l’augmentation des taxes d’études proposée. L’UNES n’est pas d’accord avec les développements actuels et s’oppose à ce que les étudiant‑e‑s deviennent le jouet de la politique. Il n’est pas tolérable que seuls les enfants de parents riches aient accès à l’enseignement supérieur.

Les étudiant‑e‑s de toute l’Europe partagent ce point de vue et ont, lors du 64e Board Meeting de l’European Students Union à Budapest, exprimé leur soutien par une résolution (http:https://www.vss-unes.ch/2013/05/01/2323/).

L’augmentation des taxes d’études proposée entraînerait une diminution des étudiant‑e‑s internationaux en Suisse et menacerait ainsi la diversité culturelle, les étudiant‑e‑s étrangers/ères ne pouvant alors plus se permettre de venir étudier en Suisse. Les taxes d’études sont socialement injustes, sélectives et disproportionnées. Les politiques au niveau cantonal, fédéral et européen sont invité‑e‑s à introduire la gratuité de l’enseignement supérieur afin de défendre une véritable égalité des chances.

Le petit film est disponible ici.