histoire

L’UNES a été créée en tant qu’organisation faîtière nationale le 19 juin 1920 à Zürich, par les associations d’étudiant e s des universités de Bâle, Genève, Neuchâtel et Zürich, de l’EPF de Zürich, de la Haute école de St Gall, du groupement des étudiant e s tessinoi e s et de quelques étudiant e s de Berne. Les premières décennies de l’UNES furent marquées par un travail intensif au niveau international. ; déjà pendant l’entre-deux-guerres, mais surtout depuis 1945, l’union a noué beaucoup de contacts avec d’autres associations estudiantines, surtout en Europe.
L’UNES aspirait – dans un sens de solidarité entre les étudiant-e-s – à une coopération internationale, d’un côté dans la International Union of Students (IUS) et dans la International Student Conference (ISC), plus tard dans l’organisation faitière européenne ESIB puis dans l’organisation European Sutdent’s Union (ESU). Les nombreux déplacements de l’UNES ont finalement conduit à la création de la coopérative SSR, qui a été reprise par STA Travel en 1998. Les recettes de la vente ont été réinjectées dans une nouvelle fondation, la Fondation pour la solidarité dans le tourisme (SST).
En 1960, le siège principal de l’UNES est déplacé à Berne, afin de satisfaire à la volonté d’une meilleure coordination entre la Romandie et la Suisse-allemande A Zurich, l’UNES, en collaboration avec les associations d’étudiant-e-s de l’université et de l’EPF, a créé le journal « das Konzept ». L’association qui administrait le journal a été plus tard transformée en une coopérative infolink, composée uniquement de professionnel le s, qui est aujourd’hui porteuse du journal hebdomadaire WOZ.
En 1967, pour la première fois, une femme fut élue dans le comité de l’UNES. Dans les années qui suivirent, la promotion des femmes et l’égalité de sexe prit de plus en plus de poids dans l’union.
Les engagements des étudiant-e-s eurent également, à la fin des années 60, des conséquences au niveau de la politique interne : dans la loi sur l’encouragement des Hautes Ecoles, deux sièges ont été prévus pour l’UNES dans la conférence universitaire suisse (CUS), et un siège dans la conférence intercantonale des bourses d’études (CIBE).. En 1970, l’UNES a gagné, avec les associations estudiantines de Zurich, le referendum contre la loi EPF. En 1972, la première initiative populaire concernant à l’octroi de bourses d’études pour tou te s les étudiant e s indépendant e s, selon le « modèle lausannois », a été déposée. Cette initiative a cependant été retirée en 1973 par le comité d’initiative, contre la volonté de l’UNES.
Ces différents évènements ont éveillé l’intérêt public et celui de la politique sur les organisations estudiantines, affaiblies par différentes mesures dans leur autonomie et dans leur poids politique : en 1973, l’association des étudiant e s à Bâle fut dissoute et celle de Berne a vu son autonomie financière disparaître. En 1978, l’association d’étudiant-e-s de Zurich était dans une situation similaire.
Les associations d’étudiant e s ne reprirent force que dans les années 1990, et l’UNES, au niveau national, prit un rôle plus fort dans la formation tertiaire, même si le succès était moindre : aussi bien le référendum pour le projet d’EPF que le projet d’une nouvelle initiative sur les bourses d’études ont échoué lors de la récolte de signatures. En 1993, l’UNES se retire de la CUS, en signe de protestation, après que celle-ci ait instauré un « numerus clausus » pour la médecine.
Depuis 2000, l’UNES se focalise de manière prononcée sur la politique de la formation tertiaire en Suisse. Avec la réforme de Bologne et la séparation de la formation tertiaire entre Hautes écoles spécialisées, Universités et Ecoles Polytechniques Fédérales, la situation des étudiant-e-s change de manière importante, ce qui donne lieu à de nouveaux domaines d’intérêt pour l’UNES : la situation sociale des étudiant-e-s et l’implémentation de longue haleine du système de Bologne sont analysées et discutées de différentes perspectives.
Depuis 2008, l’UNES représente les trois types de Hautes écoles au niveau national et professionnalise sa structure d’organisation. En 2010, l’union lance pour la troisième fois une initiative fédérale sur les bourses d’études, qui a été déposée en janvier 2012 avec succès. L’initiative a été rejeté par le peuple en juin 2015, mais en même temps le contre-projet indirect, qui lui fait également en pas vers l’harmonisation du système des bourses d’études, est entré en vigueur. Depuis fin 2015, l’UNES mène le projet « Perspectives – études » qui s’engage en faveur d’un accès équitable aux hautes écoles pour les réfugié-e-s étudiant-e-s.

Sources écrites:
UNES (éd.): Studentenpolitik – Politik mit Studenten? – 60 Jahre VSS. Bern 1980.
UNES (éd.): Die Umtriebe der Rechten an der Hochschulen der deutschen Schweiz. Bern 1983.
Archives – UNES

Contributions de:
Comité de l’UNES 1968
Peter Dürsteler (Membre de la CdC env. 1982-2002)