L’accès à une formation équitable, indépendant de critères indirectement liés à la formation comme le sexe, la provenance socio-économique ou régionale, l‘âge, la culture, l’orientation sexuelle ou la condition physique et psychique n’est pas encore assuré. C’est pour cette raison que les membres de la commission sociale de l’Union ont élaboré une prise de position avec le soutien des personnes qui sont responsable de l’intégration et de la compensation des inégalités au sein des hautes écoles. Les hautes écoles et toutes les organisations qui représentent les étudiant-e-s sont appelées à lever les obstacles que les étudiant-e-s handicapé-e-s ou atteint-e-s d’une maladie chronique rencontrent. En plus de cela, l’UNES demande aux associations estudiantines de promouvoir la participation aux conseils des étudiant-e-s de leurs collègues d’études handicapé-e-s ou atteint-e-s d’une maladie chronique.