info et histoire

Info
Assurance qualité
Dans le contexte des hautes écoles, la qualité ne saurait être définie avec satisfaction de façon uniforme. En tant qu’élément significatif du processus de Bologne, l’assurance qualité demeure un objectif à part entière de l’accréditation. Les particularités propres à chaque haute école doivent donc être prises en compte lors de tout examen de leur stratégie, de leur but ou de leur mécanisme. Plutôt que d’aboutir à une appréciation qualitative définitive, l’objectif est davantage de développer une culture de la qualité continue et durable, calibrée sur des standards spécifiques.

Accréditation
Une accréditation se comprend comme la vérification de la qualité ou de l’assurance qualité d’une haute école. La loi sur l’encouragement et la coordination des hautes écoles (LEHE) fait de l’accréditation institutionnelle une condition nécessaire à l’octroi de fonds fédéraux ainsi qu’au droit à l’appellation d’université ou de haute école spécialisée. L’agence suisse d’accréditation et d’assurance qualité (AAQ) considère l’accréditation comme le processus dynamique de l’assurance qualité.
On distingue l’accréditation institutionnelle, par laquelle une haute école est examinée dans son ensemble, de l’accréditation d’un programme, qui porte sur un programme d’études déterminé. Depuis 2015, cette dernière est obligatoire uniquement pour les filières médicales.

Histoire
L’assurance qualité en Suisse
L’introduction du système de Bologne était synonyme de mutations en profondeur pour tous les protagonistes des différents secteurs de l’enseignement supérieur. Cela vaut aussi pour les processus d’assurance qualité. Des audits ont ainsi été menés de 2003 à 2014 par les organes de l’Agence suisse d’accréditation et d’assurance qualité (AAQ), lesquels ont examiné les systèmes d’assurance qualité des universités et des écoles polytechniques fédérales à travers trois cycles d’une durée de trois ans chacun.
En 2015, la LEHE est entrée en vigueur. Celle-ci règle conjointement tous les types de hautes écoles ; ces dernières étant de surcroît obligées de se soumettre tous les sept ans à une évaluation de leur système de qualité. Seuls les établissements qui sont accrédités selon les normes de la LEHE ont le droit de porter le titre d’université, de haute école spécialisée, de haute école pédagogique ou d’école polytechnique fédérale.

L’assurance qualité et l’UNES
Les étudiant·e·s représentent un élément clé des hautes écoles. Sans ces derniers·ères , les hautes écoles n’existeraient pas. Les étudiant·e·s ont donc un rôle essentiel à jouer dans le développement de la qualité de l’enseignement supérieur. La participation aux évaluations externes et aux procédures d’accréditation représente une part importante de cette tâche. Depuis quelques années, l’UNES entretient à cet effet un pool d’accréditation composé d’étudiant e s et offre des formations pour les préparer à participer aux procédures externes et internes de garantie de qualité. Des échanges d’étudiant e s sont régulièrement organisés avec les pools analogues autrichiens et allemand. Le pool de l’UNES est également en contact avec le réseau de l’Union des étudiant e s d’Europe (European Students’ Union – ESU).

Bien que critique vis-à-vis de la nature des processus d’assurance qualité, l’UNES ne considère pas moins nécessaire de continuer à s’investir dans ces processus pour que la position des étudiant e s, qui représente les actrices et acteurs les plus important e s des hautes écoles, soit davantage renforcée. Une culture de la qualité ne peut être atteinte que quand elle est comprise est portée par tous les niveaux qui la composent. La participation estudiantine ne représente donc pas uniquement un bienfait pour les hautes écoles, mais une condition impérative de leur fonctionnement. Les étudiant e s doivent être considéré e s comme des partenaires à temps plein et à tous les niveaux du processus, à savoir également lors de la mise au point et de la mise en application du système d’assurance qualité.

Les étudiant e s doivent être considéré e s comme des partenaires à part entière et ce, à tous les niveaux du processus d’accréditation, y compris lors de la mise au point et en application du système d’assurance qualité.

Bien qu’il soit essentiel que leur rôle soit reconnu, les étudiant e s ont encore du mal à être pris au sérieux par les personnes évoluant dans le monde de la formation.

C’est pourquoi l’UNES se battra et continuera à représenter les étudiant e s dans différentes commissions, jusqu’à la reconnaissance effective de leur utilité.