Malgré leurs qualifications, les personnes réfugiées ne peuvent que très difficilement accéder aux hautes écoles suisses, que ce soit pour commencer des études ou pour reprendre un cursus interrompu par la fuite. Aux obstacles considérables à l’admission dans les hautes écoles (niveau de langue, documents et diplômes manquants ou non reconnus, reconnaissance insuffisante des acquis, financement, etc.) vient s’ajouter le fait que le système de formation (tertiaire) n’est tout simplement pas prévu dans le processus d’intégration pour les réfugié-e-s qualifié-e-s. Les autorités cherchent au contraire à les intégrer rapidement au marché du travail, en faisant souvent fi de leurs qualifications.  

Convaincue que l’égalité des chances dans l’accès à l’enseignement supérieur doit également être garantie aux réfugié-e-s, l’Union des étudiant-e-s de Suisse (UNES) a lancé le projet Perspectiveétudes en 2016. Pour que les réfugié-e-s qualifié-e-s puissent participer à la vie socioéconomique de la Suisse de manière autodéterminée et responsable en fonction de leur potentiel et de leurs compétences, il est essentiel qu’ils et elles aient accès aux études supérieures. C’est ainsi qu’une intégration durable peut être garantie etentre autres, la pénurie de travailleurs et travailleuses qualifié-e-s peut être contrée. 

Dans la rubrique Positions vous trouverez la prise de position ainsi que les revendications quant à ‘l’accès aux hautes écoles pour les réfugié-e-s étudiant-e-s’.

 

Résultats de la première phase du projet | 2016-2019

Le travail de la première phase du projet s’est basé sur la prise de position et les revendications politiques, qui ont été développées en collaborations avec des étudiant-e-s. Par la suite, le projet s’est concentré sur le développement de la plate-forme d’information trilingue perspectives-études.ch, qui s’adresse aux étudiant-e-s et aux professionnels qui accompagnent les réfugié-e-s intéressé-e-s par les études. Pour promouvoir la participation étudiante, la mise en place et le développement de projets locaux ont été soutenus; d’autre part 17 formations ont été organisées dans 7 villes de Suisse alémanique et romande avec plus de 165 participant-e-s.

Le projet a apporté une contribution importante dans le domaine de la mise en réseau et de la sensibilisation avec la conférence « Intégration par la formation » (octobre 2018). Plus de 60 expert-e-s des domaines de l’intégration, de la migration et de la formation ainsi que des personnes intéressées du secteur de la formation supérieure ont assisté aux présentations et aux ateliers. De plus, des réunions de mise en réseau entre et parmi les projets étudiants et les expert-e-s ont été organisées à plusieurs reprises.

Les activités de recherche sur les bourses d’études ainsi que la collecte de données sur la démographie et les besoins permettent de dresser un tableau détaillé de la situation des étudiant-e-s réfugié-e-s (voir publications).

 

Focus de la deuxième phase du projet | 2019-2021

La poursuite ou la reconnaissance des études suscite un grand intérêt chez les étudiant-e-s réfugié-e-s. Malgré le nombre élevé de participant-e-s aux projets des hautes écoles, seulement quelques personnes ont réussi à s’inscrire à des études régulières. Les différents obstacles continuent d’être présents. Le focus de la deuxième phase du projet se répartit sur trois axes. Afin de permettre une mise en œuvre des projets locaux durable et orientée vers l’impact, les participant-e-s aux projets devraient être soutenu-e-s par des formations et des ateliers (renforcement des compétences (1)). Le réseautage local permettra la consolidation des projets et l’accès aux mesures d’appui si l’institution universitaire offre peu ou pas de soutien. Parallèlement, la sensibilisation et la mise en réseau (2) au niveau suprarégional et national sont également un objectif. C’est par le travail politique (3) que le changement de paradigme sera finalement réalisé au niveau des hautes écoles ainsi qu’au niveau national/cantonal. 

 

Buts et services de la deuxième phase du projet | 2019-2021

Renforcement de compétences:

  • Création de toolkits pour les projets étudiants
  • Formations suprarégionales et soutien pour la réalisation de formations locales

Réseautage et sensibilisation: 

  • Rencontres de réseautages entre les projets étudiants 
  • Réseautage et sensibilisation des acteur-trice-s des hautes école ainsi que des expert-e-s du domaines de la formation/intégration 
  • Mise en place d’une communauté de pratiques comprenant des acteur-trice-s des hautes écoles ainsi que des domaines de la formation, de la migration et de l’intégration.

Politique:

  • Collaboration avec SSP/sosf pour la campagne « formation et migration »: conférence de presse, pétitions, motions au niveau national et cantonal, campagnes/tournées d’informations
  • Groupe de travail « Intégration par la formation », l’élaboration de revendications de manière participative avec des étudiant-e-s réfugié-e-s et des acteur-trice-s du domaine des hautes écoles, workshops sur le travail politique et préparation de campagnes locales
  • Travail politique au niveau national et cantonal ainsi que soutien des projets locaux dans la défense de leurs intérêts au sein des hautes écoles.

 

Pour plus d’informations

Sur le site web du projet se trouvent:

  • de nombreux informations quant à l’accès aux hautes écoles pour les réfugié-e-s étudiant-e-s 
  • des toolkits avec des idées pour implémenter une formation locale pour des étudiant-e-s
  • un aperçu des projets locaux suisses pour les réfugié-e-s

  

Partenaires

_ ___