COVID-19

Page 1 de 2

L’état du débat en cours préoccupe les étudiant·e·s: Les principaux arguments avancés pour rejeter ces propositions à faible coût (41 millions pour la mobilité et 12 millions pour la durabilité) en vue de la totalité du message FRI (près de 28 milliards) reposent presque sans exception sur la situation de COVID-19, ce qui est très regrettable. Le message de FRI fixe la direction pour les quatre prochaines années, et la pensée à court terme est une erreur. L’investissement dans l’éducation est d’une grande utilité à long terme et, plus précisément, la durabilité et la coopération internationale deviendront de plus en plus importantes à l’avenir.

Communiqué de presse du 15.09.2020 sur le message FRI

Résolution élaborée et rédigée par le Comité exécutif de l’union en collaboration avec les Sections, et soumise au vote de l’Assemblée des délégué·e·s. Acceptée par l’Assemblée des délégué·e·s. du 4 juillet 2020.

La crise du Covid-19 a eu un impact fort sur le fonctionnement des services des hautes écoles pendant le semestre passé. Du point de vue des étudiant·e·s, la pandémie de Covid-19 s’est faite remarquer par la disparition de l’enseignement en présentiel, une croissance rapide de la numérisation et des problèmes financiers dus à la perte de leur emploi d’étudiant·e·s. Cela aura aussi probablement des conséquences sur le long terme. La modification des premiers cours en leçons numériques s’est faite de manière efficace dans la plupart des hautes écoles. Dans un laps de temps très court, les alternatives numériques les plus importantes ont été mises à disposition. Sur ce point, les étudiant·e·s ont été très reconnaissant·e·s.

Résolution « Revendications des étudiant·e·s auprès les hautes écoles pour le semestre d’automne 2020 »

  • Florent Aymon commence son master en tourisme à l’Université de Lausanne
  • Laurent Woeffray étudie la philosophie, la politique et l’économie à l’Université de Lucerne
  • Céline Lüthi est étudiante en travail social à la Haute école spécialisée de Berne
  • Lea Schlenker est étudiante en psychologie d’entreprise à la Haute école spécialisée de Suisse du Nord-Est
  • Francesco Bee travaille actuellement sur sa thèse de Master en European Global Studies l’Université de Bâle
  • Nino Wilkins suit une formation de professeur d’informatique dans le secondaire
  • (de gauche à droite)


    Nous travaillons déjà d’arrache-pied pour défendre les intérêts des étudiant·e·s : par exemple, en actualisant les recommandations sur les conditions d’étude pour le semestre d’automne et ceci dans le cadre des difficultés liées au virus Sars-CoV-2; en cherchant des solutions au manque d’emplois pour les étudiant·e·s ; en poussant le Parlement à faire tout ce qui est possible pour l’adhésion de la Suisse à Erasmus+ ; en luttant contre la suppression de l’AG étudiant et en ne perdant pas de vue les bourses d’études. Le comité exécutif, les sections et les associés ont – ensemble – encore beaucoup à faire !

    Le nouveau virus Sars-CoV-2 ne disparaîtra pas. Toutefois, il ne doit pas paralyser l’UNES ou la société. Afin de contenir l’impact du virus, nous avons toutes et tous une responsabilité ! Le comité exécutif de l’UNES essaie de suivre au mieux les recommandations de l’OFSP et de convaincre ses membres et tous les étudiant·e·s de faire de même.

    Lettre ouverte aux départements cantonaux de l’éducation

    Le droit à l’éducation doit être garanti pour tous les enfants et adolescent-e-s et pour les jeunes adultes dans l’enseignement supérieur. Solidarité sans frontières, le syndicat des services publics (SSP), Vivre Ensemble et l’Union des étudiant-e-s de Suisse souhaitent attirer l’attention sur les domaines problématiques et demandent que des mesures concrètes soient prises et que le soutien nécessaire soit fourni.

    Lettre ouverte aux Départements d’instruction publique, 27.04.2020