Tous les jeunes devraient avoir accès aux programmes d’échange ! Après le Parlement, swissuniversities, le conseil des EPF, les associations de jeunes, la société civile, l’Association suisse des enseignant·e·s, le Syndicat des enseignants romands, la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP), 12 associations de formation professionnelle demandent maintenant au Conseil fédéral de reprendre les négociations avec l’UE pour l’association complète de la Suisse au programme de mobilité Erasmus+.

Communiqué de presse du 15.12.2020
Offener Brief Berufsbildungsverbände

Campagne AG étudiant

L’AG étudiant devrait être supprimé d’ici à la fin de l’année. C’est énervant et en plus complètement inutile. En tout cas, c’est ce que pense l’Union des étudiant-e-s de Suisse (VSS-UNES-USU). Tu partages notre avis ? Alors tu peux te défouler avec nous.

Nous sommes à la recherche de contributions sous forme de vidéo de 30 secondes dans lesquelles tu expliques ou montres pourquoi tu trouves que la suppression de l’AG est une mauvaise chose et/ou quel est son impact sur toi. Il n’est pas obligatoire qu’on te voie ou qu’on t’entende sur la vidéo, si tu n’en as pas envie. Laisse libre cours à ta créativité ! Les vidéos seront ensuite publiées sur nos réseaux sociaux. Les trois vidéos qui auront le plus d’engagement sur les RS seront récompensées par les prix suivants :

  • Un abonnement annuel Publibike d’une valeur de 99.-
  • Un bon pour un souper pour deux personnes dans «le buffet de la gare» près de chez toi.
  • Une entrée pour deux personnes au Musée des Transports de Lucerne.
  • Pour empêcher la suppression planifiée de l’AG, il est important de mettre le plus de pression possible sur la politique et sur Alliance SwissPass. C’est pourquoi ta participation est d’une grande importance !

    L’Alliance SwissPass a annoncé hier (mercredi 24.6.2020) dans un communiqué de presse que l’offre d’AG pour étudiant·e·s pour les 25–30 ans sera supprimée. Cette suppression devrait être compensée grâce à un rabais de 500 francs lors du changement pour l’AG adulte. L’UNES trouve cette décision scandaleuse et la qualifie de menace énorme pour l’égalité des chances. C’est pourquoi elle demande expressément aux entreprises de transports publics de ne pas supprimer l’AG pour étudiant·e·s.

    Communiqué de presse du 25.06.2020

    Les circonstances particulières de la lutte contre le virus Covid-19 nous concernent toutes tous. Même les étudiant-e-s sont limité-e-s dans leur vie quotidienne et ne peuvent pas, comme d’habitude, continuer leurs études. En outre, dans de nombreuses universités, il y a un manque de clarté quant à la manière dont le semestre sera terminé et comment leur mission didactique pourra être remplie. L’Union des étudiant-e-s de suisses (UNES) a donc établi une liste de revendications qui doivent être prises en compte pour un déroulement réussi et équitable du semestre.

    Communiqué de presse du 06.04.2020

    L’article publié le 20 juin 2018 dans le « Bund » et dans le « Tagesanzeiger » se base sur le rapport publié la veille sur l’éducation en Suisse élaboré sur mandat du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation et de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique. Il avance que si les femmes sont moins nombreuses à occuper des postes à responsabilité, c’est notamment, car elles éviteraient la compétition.

    Cette conclusion, en plus de ne pas être représentative du rapport sur lequel l’article prétend se baser est très critiquable. Elle accuse les femmes d’être responsables des inégalités dont elles sont victimes. Au contraire, comme le démontre l’étude A challenge to the meritocratic principle and to women’s careers – And what to do about it. publié en janvier 2018 par LERU (League of European Research Universities), si les femmes n’ont accès que de manière restreinte aux échelons les plus élevés dans le milieu académique, et ce même en comparaison en nombre de candidates, c’est principalement en raison de biais genrés implicites qui les défavorisent tout au long de leur carrière académique. Plus inquiétant encore, l’étude démontre que le problème est général dans l’ensemble de l’Europe et que la situation ne s’améliore aucunement malgré les efforts mis en place.

    L’UNES revendique une garantie de l’égalité des chances au sens du même accès, des mêmes perspectives de succès et des mêmes possibilités de carrière. Pour ce faire, des changements dans la structure des hautes écoles et de la culture de recrutement au sein des disciplines scientifiques sont indispensables.

    L’UNES demande que :

  • toutes les hautes écoles disposent de structures de promotion de l’égalité compétentes et dotées de moyens suffisants.
  • les aspects de sexe et d’égalité soient pris en compte pour chaque décision ayant des conséquences politiques ou structurelles sur la haute école.
  • les postes vacants soient mis au concours publiquement et que les annonces s’adressent explicitement aux femmes. Les candidates potentielles doivent par ailleurs être explicitement invitées à déposer leurs dossiers.