Erasmus+

Page 1 de 4

23 septembre 2020 – L’UNES soumet environ 10 000 signatures pour une pleine adhésion à Erasmus+

Mobilité et égalité des chances pour tou-tes les étudiant-e-s et les jeunes en Suisse : Erasmus+ dès 2021 ! C’est ce que demande l’UNES (l’Union des Étudiant-e-s de Suisse) un large front d’organisations de jeunesse au Conseil fédéral au travers d’une pétition qui sera rendue le mercredi 23 septembre à Berne. Les médias sont invités à prendre part à l’évènement qui aura lieu à partir de 8h30 sur la Waisenhausplatz ainsi qu’au dépôt formel à la Chancellerie fédérale.

Invitation aux médias du 17 septembre 2020

L’état du débat en cours préoccupe les étudiant·e·s: Les principaux arguments avancés pour rejeter ces propositions à faible coût (41 millions pour la mobilité et 12 millions pour la durabilité) en vue de la totalité du message FRI (près de 28 milliards) reposent presque sans exception sur la situation de COVID-19, ce qui est très regrettable. Le message de FRI fixe la direction pour les quatre prochaines années, et la pensée à court terme est une erreur. L’investissement dans l’éducation est d’une grande utilité à long terme et, plus précisément, la durabilité et la coopération internationale deviendront de plus en plus importantes à l’avenir.

Communiqué de presse du 15.09.2020 sur le message FRI

L’Union des étudiant-e-s de Suisse (UNES) rejette fermement l’initiative de limitation. L’acceptation de cette initiative aurait des conséquences considérables. La coopération au niveau européen, qui est profitable aux hautes écoles et à leurs étudiant-e-s, serait menacée, les possibilités d’échange et de mobilité seraient compromises à long terme et le domaine de l’éducation et de la recherche seraient préjudiciés de manière permanente.

Communiqué de presse du 27 août 2020

Initiative de «limitation»

Les hautes écoles romandes et les étudiant-es recommandent le rejet de l’initiative

L’initiative dite de «limitation», qui sera soumise au peuple le 27 septembre prochain, exige
du Conseil fédéral qu’il mette fin à l’Accord sur la libre circulation des personnes avec l’Union
européenne (UE). Un oui à cette initiative signifierait la fin de l’actuelle voie bilatérale de
la Suisse avec l’UE et menacerait, entre autres, deux accords bilatéraux essentiels pour les
hautes écoles suisses. Deux accords dont les bénéfices pour l’ensemble de la population
suisse sont directs et mesurables: celui sur la libre circulation et celui sur la recherche.

Texte
Lien sur l’opinion publiée dans le Temps du 19.08.2020