Flüchtlinge

Page 1 de 2

…aux parlementaires suisses nouvellement élu·e·s »

Adoptée par les délégué·e·s le 10 novembre 2019 lors de la 173ème Assemblée des Délégué·e·s à Neuchâtel.

L’Union des Étudiant·e·s de Suisse (UNES) invite la politique à prendre les mesures pour préserver et améliorer la qualité de la formation et de la recherche en Suisse.

Résolution du 10 novembre 2019

«Intégration par la formation»

L’intégration par la formation doit d’avantage être considérée comme une voie d’intégration valable pour les personnes réfugié-e-s. Lors du colloque “Intégration par la formation” organisé par l’Union des étudiant-e-s de Suisse (UNES) à Berne, environ 60 personnes ont discuté de la politique et de la pratique suisse d’intégration dans le domaine de la formation. Sur la base des deux thèmes de la formation professionnelle et de la formation supérieure, des étudiant-e-s engagé-e-s-, des réfugié-e-s, des spécialistes de l’enseignement et de la formation professionnelle, des collaborateur-rice-s des universités, ainsi que des acteurs du domaine social ont discuté des opportunités et des défis pour l’intégration des personnes réfugié-e-s dans les filières de formation.

CP sur le colloque «Intégration par la formation» du 26 octobre 2018.

Lancement du site web www.perspectives-études.ch

Avec le lancement de www.perspectives-études.ch, l’Union des étudiant-e-s de Suisse UNES améliore activement l’accès aux informations pour les réfugié-e-s étudiant-e-s. Nous récoltons les informations utiles et les expertises des différents cantons et disciplines concernées grâce à hackathon. Le hackathon permettra aussi d’améliorer notre site web. Ce site web leur permet de prendre en main leur situation. Mais cela ne suffit pas ! C’est pourquoi nos ambassadeur-rice-s porteront notre vœu de l’exploitation du potentiel des réfugié-e-s lors de la prochaine session parlementaire.

Afin de développer pleinement leur potentiel et prendre des décisions de manière autonome, les réfugié-e-s ont besoin d’informations. Le site web les guides pas à pas à travers les diverses questions qu’ils-elles seraient susceptibles de se poser quant à l’admission à un cursus d’études.

Nos ambassadeur-rices et les personnes qui soutiennent le projet au sein du Conseil consultatif et de la scène politique s’expriment quant à l’accès aux Hautes écoles des réfugié-e-s.

Dossier de presse du lancement du site web
CP lancement site web

Presse

  • Un outil pour faciliter aux réfugiés l’accès aux études. Afin de soutenir les réfugiés dans leurs démarches pour accéder à l’enseignement supérieur, un site web participatif a été mis sur pied par l’UNES. 20 minutes, 21.2.2018
  • Un outil pour faciliter aux réfugiés l’accès aux études. Afin de soutenir les réfugiés dans leurs démarches pour accéder à l’enseignement supérieur, un site web participatif a été mis sur pied par l’UNES. Le matin, 21.2018
  • Les réfugiés doivent pouvoir accéder plus facilement aux études universitaires. Pour les aider dans cette voie, l’Union des étudiants de Suisse (UNES) a lancé un site Internet qui permet aux personnes concernées d’accéder aux informations utiles et de prendre en main leur situation. Tribune de Genève, 21.2018
  • Un outil pour faciliter aux réfugiés l’accès aux études. ArcInfo, 21.2018
  • Neue Webseite für Flüchtlinge mit Studienabsichten lanciert. bluewin, 21.2.2018
  • Neue Webseite für Flüchtlinge mit Studienabsichten lanciert. Ab sofort können sich Flüchtlinge, die ihr abgebrochenes Studium an einer Schweizer Hochschule fortsetzen wollen, über eine eigens für sie geschaffene Webseite informieren. Der Verband der Schweizer Studierendenschaften (VSS) will auch die Politik sensibilisieren. Der iranische Geowissenschaftsstudent Imaan Diedari erklärt zu Beginn des Beitrags, weshalb es so wichtig ist, dass er sein Studium in der Schweiz abschliessen kann. St. Galler Tagblatt, 21.2.2018
  • http://le-monde.ddns.net/nouvelles/un-outil-pour-faciliter-aux-refugies-lacces-aux-etudes
  • http://www.suissorama.com/un-outil-pour-faciliter-aux-refugies-lacces-aux-etudes/

La plus grande ressource que les réfugié-e-s possèdent, c’est elles et eux-mêmes ainsi que l’expérience qu’ils et elles apportent. De ce fait, développer ce potentiel par la formation en Suisse est un investissement significatif et efficace pour l’avenir. A l’occasion de la journée nationale des réfugié-e-s, l’Union des étudiant-e-s de Suisse (UNES) demande « la formation avant le travail » dans le processus d’intégration.

Dans le cadre de son projet « perspectives-études », l’UNES se positionne depuis décembre 2015 pour l’accès aux études supérieures des réfugié-e-s qualifié-e-s. Lorsqu’il s’agit de rendre les ressources des réfugié-e-s utiles à la société, il existe encore beaucoup de champs d’action possibles en Suisse. Une pratique restrictive de la reconnaissance des qualifications étrangères et des possibilités limitées des services sociaux empêchent la gestion flexible de la situation, car trop peu de moyens sont investis dans le potentiel.

« Il ne s’agit pas de permettre un accès équitable aux études supérieures de manière passive », dit la co-présidente Gabriela Lüthi « Il s’agit surtout de promouvoir activement le potentiel de toute-s les membres de notre société en investissant dans l’éducation, y compris celui des réfugiée-s ». Pour permettre une intégration durable, l’éducation supérieure ne devrait pas être négligée.

L’analyse fait par le projet ainsi que l’expérience tirée de projets étudiants d’auditeurs et auditrices libres montre clairement ceci : « Pour que les réfugié-e-s développent leur potentiel, pour elles et eux-mêmes et pour la société, il faut prendre deux mesures importantes : premièrement, leur potentiel doit être reconnu et deuxièmement, il faut faire le lien entre les compétences déjà acquises et les qualifications demandées au moyen d’une formation ou d’une formation de rattrapage » dit Martina von Arx, directrice du projet.

Par conséquent, l’UNES demande des clarifications du potentiel au début du processus d’asile ainsi qu’une stratégie d’intégration durable, qui promeut la formation au lieu du travail peu qualifié. Elle s’en tient aux exigences de la CDIP. Elle incite les hautes écoles à faire attention à l’utilisation de conditions d’admission qui garantissent de façon pragmatique la qualité sans créer de barrières inutiles dans l’accès aux études. Pour réduire les obstacles financiers, des bourses d’études doivent être accessibles.

L’investissement en vaut la peine. Une bonne éducation et une intégration qui corresponde au marché du travail est non seulement bonne à long terme pour le système de sécurité sociale, qui se reflète dans les recettes fiscales, mais empêche également les coûts sociaux. Pour ce faire, nous devons permettre les opportunités et donner le soutien dont les réfugié-e-s ont besoin pour s’intégrer dans notre société. Cela inclut aussi l’accès aux hautes écoles.

Pour plus d’informations, nous restons à votre disposition :
Gabriela Lüthi
Martina von Arx

CP journée du réfugié