A l’occasion de la semaine d’action contre les coupes faites dans la formation, nous aimerions à nouveau souligner que l’égalité des chances dans le domaine de la formation dans les hautes écoles n’est toujours pas atteinte. Si une personne a la possibilité d’étudier dans une haute école, c’est encore trop souvent en fonction de ses origines, de sa position sociale ou de ses moyens économiques.

C’est pourquoi l’UNES salue l’engagement des étudiant-e-s qui se sont engagé-e-s au cours de cette semaine d’action. « A nos yeux, c’est une honte que, dans un pays comme la Suisse, des étudiant-e-s soient amené-e-s à manifester pour l’accès à quelque chose qui devrait normalement aller de soi », affirme Jonas Schmidt, co-président de l’UNES.

Nous demandons aux décideurs et décideuses, qu’ils soient actifs dans le monde de la politique, dans les cantons ou dans les hautes écoles, de prendre conscience de leurs responsabilités et d’agir en fonction. Nous posons les exigences suivantes :

  • Les taxes d’études des hautes écoles suisses ne doivent pas être augmentées.
  • Les cantons doivent être contraints à harmoniser leur système de bourses.
  • L’exemption de taxes en rapport avec les moyens de chacun doit être introduite dans toutes les hautes écoles, tant que les taxes d’études ne sont pas abolies.
  • La participation estudiantine et l’implication des étudiant-e-s dans les prises de décision doivent être maintenues et renforcées.
  • La Confédération et les cantons doivent à l’avenir, en fonction de la hausse du nombre d’étudiant-e-s, mettre plus de moyens à disposition en faveur de la formation tertiaire et de la recherche.
  • Pour plus d’informations, merci de vous adresser à : Jonas Schmidt, coprésident

    Erasmus+

    Erasmus+ est un programme européen dans le domaine de la formation académique et professionnelle, de la jeunesse et du sport. Les échanges étudiants sont la partie la plus importante et la plus connue de ce programme. À long terme, la mise à l’écart de la Suisse risque de mener à une détérioration massive des possibilités d‘échange pour les étudiant-e-s suisses : il existe d’ailleurs déjà des restrictions.

    Signe maintenant la pétition des associations de jeunesse et demande au Conseil Fédéral et au Parlement de reprendre immédiatement les négociations avec l’Union Européenne !

    Informations et matériel supplémentaires :

  • UNES : Fact-sheet
  • swissuniversities : Plaidoyer pour une réassociation à Erasmus+
  • CSAJ : Appel pour Erasmus+

  • Tu souhaites militer pour que les étudiant-e-s suisses puissent eux et elles aussi continuer à profiter des nombreuses opportunités qu’offre le programme Erasmus+ ?
    Alors ouvre ce lien : https://www.vss-unes.ch/erasmusplus

    Aujourd’hui, les étudiant-e-s de nombreuses hautes écoles de Suisse mènent une action afin de demander la reprise immédiate des négociations pour une adhésion de la Suisse à Erasmus+. Si la Suisse devait rester exclue du programme d’échange, elle risque, à long terme, une forte restriction de la mobilité étudiante.

    Aujourd’hui, les étudiant-e-s de nombreuses hautes écoles suisses ont mené des actions dans le but de demander la reprise immédiate des négociations pour une adhésion de la Suisse à Erasmus+. « Si la Suisse ne cherche pas rapidement à adhérer à Erasmus+, alors elle risque une restriction encore plus importantes des possibilités d’échanges pour les étudiant-e-s suisses », affirme Josef Stocker, co-président de l’UNES. « L’adhésion à Erasmus+ est de plus essentielle pour la coopération internationale dans les domaines de la formation et de la jeunesse », ajoute Stocker. Les organisations de jeunesse seront particulièrement pénalisées par la non-adhésion

    Dans le cadre de la journée d’action, les étudiant-e-s émettent trois revendications principales :

    Élaboré, rédigé et soumis au vote aux Délégué·e·s par la HoPoKo. Acceptée par la 167ème Assemblée des Délégué·e·s du novembre 2016 à Bâle.

    Une des revendications centrales de fond de l’UNES est depuis tout temps l’égalité des chances : les études doivent être ouvertes à toutes les personnes capables et motivées. Personne ne doit interrompre ses études ou même ne pas pouvoir les commencer, parce qu’il ou elle dépend d’une activité lucrative.