Egalité des chances pour l’accès aux hautes écoles

A l’occasion de la semaine d’action contre les coupes faites dans la formation, nous aimerions à nouveau souligner que l’égalité des chances dans le domaine de la formation dans les hautes écoles n’est toujours pas atteinte. Si une personne a la possibilité d’étudier dans une haute école, c’est encore trop souvent en fonction de ses origines, de sa position sociale ou de ses moyens économiques.

C’est pourquoi l’UNES salue l’engagement des étudiant-e-s qui se sont engagé-e-s au cours de cette semaine d’action. « A nos yeux, c’est une honte que, dans un pays comme la Suisse, des étudiant-e-s soient amené-e-s à manifester pour l’accès à quelque chose qui devrait normalement aller de soi », affirme Jonas Schmidt, co-président de l’UNES.

Nous demandons aux décideurs et décideuses, qu’ils soient actifs dans le monde de la politique, dans les cantons ou dans les hautes écoles, de prendre conscience de leurs responsabilités et d’agir en fonction. Nous posons les exigences suivantes :

  • Les taxes d’études des hautes écoles suisses ne doivent pas être augmentées.
  • Les cantons doivent être contraints à harmoniser leur système de bourses.
  • L’exemption de taxes en rapport avec les moyens de chacun doit être introduite dans toutes les hautes écoles, tant que les taxes d’études ne sont pas abolies.
  • La participation estudiantine et l’implication des étudiant-e-s dans les prises de décision doivent être maintenues et renforcées.
  • La Confédération et les cantons doivent à l’avenir, en fonction de la hausse du nombre d’étudiant-e-s, mettre plus de moyens à disposition en faveur de la formation tertiaire et de la recherche.
  • Pour plus d’informations, merci de vous adresser à : Jonas Schmidt, coprésident

    O-LEHE

    Réponse de l’UNES à la consultation sur la révision totale de l’ordonnance relative à la loi sur l’encouragement et la coordination des hautes écoles (O-LEHE) et l’ordonnance du DEFR sur les contributions d’investissements et les participations aux frais locatifs des constructions des hautes écoles (ordonnance sur les constructions des hautes écoles)

    Reponse O-LEHE

    Ne pas économiser sur l’avenir!

    Programme de stabilisation 2017-2019 : La formation et la recherche affectées de manière disproportionnée – l’Union des Etudiant-e-s de Suisse demande : pas de réduction des dépenses dans l’éducation et la recherche!

    De nombreux cantons ont déjà annoncé ou effectué des mesures d’austérité dans le secteur de l’éducation, c’est au tour maintenant du Conseil Fédéral. Dans le cadre du programme de stabilisation 2017-2019, le Conseil Fédéral a annoncé ralentir clairement la croissance dans le domaine de l’éducation et de la recherche. Un financement solide de l’enseignement supérieur est une condition préalable pour un paysage des hautes écoles suisses de qualité et varié. Il en va de même pour l’ensemble du paysage éducatif en Suisse.

    L’Union des Etudiant-e-s de Suisse (UNES) suit le principe « l’éducation est un bien public » pour un financement des hautes écoles par le secteur public. Cela garantit que l’accès à l’éducation est possible pour tous, indépendamment de la situation financière personnelle. Dans les prochaines années, la population suisse sera en pleine croissance. Cela signifie également que le nombre d’étudiant-e-s va continuer à augmenter. Par conséquent, il est indéniable que la qualité de l’enseignement sera impactée par le ralentissement de la croissance du financement de l’éducation par le gouvernement fédéral. D’autres mesures d’économies dans le secteur de la formation augmentent également le risque de voir le financement de l’enseignement supérieur passer du coté des étudiant-e-s.

    L’augmentation des contributions fédérales doit suivre le rythme de l’augmentation du nombre d’étudiant-e-s et de l’expansion des activités de recherche. Pas d’avantages des coupes budgétaires – à tous les niveaux! Parce que l’éducation est l’avenir de la Suisse!

    Pour l’UNES,

    Simone Widmer (de)
    Sarah Burckhardt (fr)

    CP Programme de stabilisation 2017-2019

    Conseil National pour une affiliation rapide de la Suisse à Erasmus+ et Horizon 2020

    Communiqué de presse de l’UNES du 12 juin 2014

    Dans sa séance d’aujourd’hui, le Conseil national a adopté une motion demandant au Conseil fédéral de prendre les mesures nécessaires afin que la Suisse soit le plus rapidement possible affiliée aux programmes d’échanges Erasmus+ et de recherche Horizon 2020. L’Union des étudiant-e-s de Suisse (UNES) salue la volonté politique d’une affiliation rapide aux deux programmes.

    Aujourd’hui 12 juin 2014, le Conseil national a adopté la motion de la Commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil national (CSEC-N) « Erasmus plus et Horizon 2020. Eclaircir la situation des étudiants, des chercheurs, des hautes écoles et des entreprises ». Cette motion vise principalement à évaluer les conséquences de la suspension de la négociation de la participation de la Suisse aux programmes Erasmus+ et Horizon 2020, ainsi qu’à inciter le Conseil fédéral à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer une affiliation rapide de la Suisse aux deux programmes européens et à atténuer les conséquences négatives de la période de non-affiliation. Pour rappel, suite à l’adoption le 9 février 2014 de l’initiative sur l’immigration de masse par le peuple suisse, la Commission européenne avait suspendu les négociations sur la participation de la Suisse aux programmes Erasmus+ et Horizon 2020. La libre circulation des personnes étant une condition fondamentale à ces deux programmes, et l’initiative allant à l’encontre de cette dernière, la Suisse n’était plus en mesure de remplir les conditions pour une adhésion complète à Erasmus+ et Horizon 2020.

    L’UNES se réjouit particulièrement du vote du Conseil national, qui représente un signe fort de la reconnaissance de l’importance de l’internationalisation du paysage suisse des hautes écoles et de l’importance de la participation de la Suisse à la construction et au développement du paysage européen de l’éducation supérieure.
    En plus d’une affiliation rapide à Erasmus+ et à Horozon 2020, la motion demande explicitement d’éclaircir la situation actuelle de toutes les personnes touchées par la non-affiliation. Il s’agit pour l’UNES également d’une nécessité, puisque les mesures prises à l’heure actuelle ne sont pas encore suffisantes et ont été prises un peu tard; de nombreuses personnes, étudiant-e-s, apprenti-e-s, jeunes, ont dû renoncer à un échange et les conséquences sur la suite de leur parcours sont peu connues. Une affiliation complète le plus rapidement possible doit être le but du Conseil fédéral pour l’avenir de la Suisse comme lieu de formation et de recherche.

    L’UNES salue la décision du Conseil national et espère que le Conseil des Etats saura également reconnaitre la nécessité d’une affiliation rapide de la Suisse aux programmes Erasmus+ et Horizon 2020.