La forte renconnaissance de la nécessité d’améliorer le système de bourses d’études est une réussite. Une majorité du peuple s’est prononcée en faveur du contre-projet à l’initiative sur les bourses d’études et du concordat. Il faut maintenant que les responsables s’en tiennent à leurs promesses de ces derniers mois.

La suisse doit pouvoir garantir un accès équitable à la formation. Le débat de votation a montré qu’une majorité des votant-e-s soutient clairement ce but. Grâce à la pression mise par l’initiative, les opposants se sont eux aussi prononcés en faveur d’un système de bourses d’études plus équitable. Cela vaut en particulier pour le Conseiller fédéral Schneider-Ammann qui a plusieurs fois expliqué que les buts de l’initiative étaient déjà en voie d’amélioration suite à la mise en place de concordat.

Avec le résultat du jour le peuple charge les cantons eux-mêmes d’atteindre le but de l’harmonisation. L’UNES demande que cet objectif de l’amélioration du système des bourses d’études aussi prévue par le concordat soit mise en oeuvre dans le cadre de l’adaption des lois cantonales. Le concordat aspire à une part de bénéficiaires de 15-20% des étudiant-e-s afin de couvrir les besoins en terme d’aides à la formation. « Le vote d’aujourd’hui est un signal contre l’application molle du concordat, notamment en terme de moyens alloués. Les investissements dans le système de bourses d’études sont d’aujourd’hui absolument nécessaires » indique Iván Ordás Criado, membre de la Direction de l’Union des étudiant-e-s de Suisse.

« Nous continuerons à nous engager afin que l’accès aux formations supérieures ne dépende plus de la situation financière familiale ou du canton d’origine de l’étudiant » résume Iván Ordás Criado. L’UNES suivra en détail l’application du concordat. Il est impératif que les promesses faites pendant la campagne soient respectées.

Pour l’UNES

Iván Ordás Criado (fr)Lea Oberholzer (de)

CP Initiative de bourses d’études Votation dimanche

Lea Meister a été élue en tant que vice-présidente de l‘ ESU – Les étudiant-e-s européen-ne-s soutiennent l’Initiative des bourses d‘études

L’Assemblée des Unions des étudiant-e-s d’Europe (ESU) a élu dans la nuit de samedi Lea Meister au poste de vice-présidente. L’Union des étudiant-e-s de Suisse (UNES) félicite cordialement Lea. Ce même jour, l’Assemblée a décidé de soutenir l’initiative des bourses d’études.

L’Assemblée des Délégué-e-s des Unions des étudiant-e-s européen-ne-s a élu Lea Meister au poste de vice-présidente. Cet événement s’est produit hier soir, lors de son Assemblée des Délégué-e-s à Erevan, en Arménie. Elle prendra ses nouvelles fonctions le 1er Juillet 2015. Lea Meister a commencé son engagement à l’UNES en 2009 en tant que co-présidente de la Commission internationale et solidarité. A ce titre, elle a représenté l’UNES depuis 2010 au sein de l’Assemblée des Délégué-e-s de l’ESU. En 2013, elle est devenue membre du Comité exécutif de l‘UNES, et cela jusqu’à son élection en juillet 2014 en tant que membre du Comité exécutif de l’ESU. Elle était en parallèle (de 2012 à 2014) experte du processus de Bologne auprès de la CRUS. Elle a également été co-présidente de la faîtière estudiantine de l’Université de Bâle (skuba) et membre active de son Conseil des étudiants. L‘UNES est extrêmement heureuse que l’une de ses « anciennes » préside la représentation des étudiant-e-s européen-ne-s, durant les 12 prochains mois. Lea est une personne très engagée et compétente, l‘UNES est convaincue qu’elle va accomplir sa tâche de la meilleure des façons.

A noter, qu’ont également été élu-e-s, Blazhe Todorovski de Macédoine en tant que deuxième vice-président et Fernando Palomares d’Espagne en tant que président ainsi que sept membres du Comité exécutif.

L’Assemblée des Délégué-e-s de l‘ESU a également décidé à l’unanimité de soutenir l’initiative sur les bourses d’études de l‘UNES. « L’accès équitable à l’éducation est d’une importance capitale ! L’initiative sur les bourses d’études de l‘UNES permettrait de le réaliser en Suisse», explique Stephan Rodriguez, membre du Comité exécutif de l‘UNES. Comme l‘UNES, l‘ESU s’engage constamment pour un accès équitable à l’éducation. Cette prise de position de l’Assemblée des Délégué-e-s réaffirme le soutien constant de l’ESU à l’initiative de bourses d’études.
ESU supports the Swiss Grant Initiative

Iván Ordás Criado (f/d)Simone Widmer (d/f)

ESU_Board_2015-2016

L’initiative du PDC « Aider les familles! » a été refusée par le peuple et les cantons ce dimanche 8 mars 2015. L’Union des étudiant-e-s de Suisse (UNES) salue, bien qu’elle ne se soit pas prononcée sur cette initiative durant la campagne, la nécessité d’avoir de vraies mesures pour aider les familles et admet que la question posée par le PDC était légitime. En Suisse, de nombreux/ses étudiant-e-s habitent encore chez leurs parents et dépendent de leur aide financière mais trop peu bénéficient d’aides à la formation. L’initiative de l’UNES « pour une harmonisation des bourses d’études » compte remédier à ce problème et propose une véritable solution pour aider les familles à financer les études de leurs enfants.

Selon la récente étude menée conjointement par différents offices des statistiques européens1, plus de 40% des étudiant-e-s en Suisse habitent toujours chez leurs parents durant leurs études et 40% du budget moyen de celles et ceux qui vivent seul-e-s dépend encore directement de l’aide financière de leur famille . Parallèlement, la part des bénéficiaires des aides publiques à la formation est, en Suisse, parmi les plus faibles d’Europe. En effet, en 20 ans cette part a diminué d’environ de 12% à 7%2. Il est donc nécessaire de remédier à cette situation, de proposer une véritable solution pour aider les familles à financer les études de leurs enfants et de présenter une claire amélioration du système suisse des aides à la formation.

L’initiative populaire fédérale pour « l’harmonisation du système suisse des bourses d’études », soumise au vote populaire le 14 juin prochain, a pour objectif d’harmoniser les montants ainsi que les critères d’octroi des bourses au niveau fédéral. Cette harmonisation vers le haut permettra avant tout d’éviter les cas de jeunes renonçant à se former parce que leur famille ne peut les soutenir financièrement ou parce qu’ils sont domiciliés dans un canton qui finance peu les aides à la formation. Une harmonisation nécessaire pour un système équitable et grâce à laquelle les cantons devront enfin investir suffisamment pour l’avenir de la formation dans notre pays !

(1)Social and Economic Conditions of Student Life in Europe. Synopsis of Indicators. Eurostrudent V 2012-2015, HAUSCHLIDT Kristina (dir.), GWOSC Christoph, NETZ Nicolai, MISHRA Shweta, Bielefed : W. Bertelsmann Verlag, 2015. http://www.eurostudent.eu/download_files/documents/EVSynopsisofIndicators.pdf
(2)RTS, Les bourses d’études se font de plus en plus rares en Suisse, 15. September 2014. http://www.rts.ch/info/suisse/6144035-les-bourses-d-etudes-se-font-de-plus-en-plus-rares-en-suisse.html

Maxime Mellina, membre du comité exécutif (maxime.mellina@vss-unes.ch)
Luisa Jakob, Coordinatrice de campagne Suisse alémanique (luisa.jakob@vss-unes.ch)

Communiqué de presse du 16.2.2015L’initiative sur les bourses d’études a pour but d’harmoniser les 26 systèmes cantonaux des bourses d’études. Actuellement, chaque canton connait des règles d’octroi des bourses d’études qui diffèrent considérablement. Cette situation est inéquitable ! Chaque personne nécessitant une bourse pour sa formation dans une école professionnelle, une école supérieure, une HES ou une université doit bénéficier des mêmes chances partout en Suisse. Aujourd’hui, cela dépend des cantons. C’est inéquitable ! En plus, la Confédération et les cantons assument de moins en moins leurs responsabilités. La Confédération a ainsi baissé ses subventions de 75% ces dernières années. Seule l’initiative sur les bourses d’études permet un système de bourses d’études uniforme et national, garantissant ainsi un accès équitable à la formation. Une bourse d’études doit permettre aux personnes motivées et avec la capacité de le faire, de suivre une formation supérieure avec le soutien de la famille et d’une activité rémunérée à côté de leurs études. Les bourses d’études sont particulièrement nécessaires lorsqu’une activité rémunérée pendant la formation s’avère impossible. Une bourse sert aussi à pallier à la pénurie de main d’oeuvre qualifiée car elle permet de terminer plus rapidement et avec succès sa formation. Cela renforce ainsi l’économie et la formation en Suisse. Une bourse d’études doit permettre aux personnes motivées et avec la capacité de le faire, de suivre une formation supérieure avec le soutien de la famille et d’une activité rémunérée à côté de leurs études. Par conséquent l’Union des Étudiant-e-s- de Suisse (UNES) s’engage pour un OUI à l’initiative sur les bourses d’études – parce que la formation c’est l’avenir!Iván Ordás Criado (fr) et Lea Oberholzer (de)
FB_FR_def

Communiqué de presse du 18.12.2014
Le Conseil fédéral a décidé que l’initiative sur les bourses d’études sera soumise au vote le 14 juin 2015. Cette initiative a pour but d’harmoniser les 26 systèmes cantonaux des bourses d’études. Actuellement, chaque canton connait des règles d’octroi des bourses d’études qui diffèrent considérablement. Cette situation est inéquitable !

Chaque personne nécessitant une bourse pour sa formation dans une école professionnelle, une école supérieure, une HES ou une université doit bénéficier des mêmes chances partout en Suisse. Aujourd’hui, cela dépend des cantons. C’est inéquitable ! Seule l’initiative sur les bourses d’études de l’Union des Étudiants de Suisse (UNES) permet un système de bourses d’études uniforme et national, garantissant ainsi un accès équitable à la formation.

Les bourses d’études sont particulièrement nécessaires lorsqu’une activité rémunérée pendant la formation s’avère impossible. Si une majorité des étudiant-e-s, près de 75%, travaillent à côté de leurs études, cela n’est pas compatible, par exemple, avec des études en médecine ou en ingénierie. Une bourse sert aussi à pallier à la pénurie de main d’oeuvre qualifiée car elle permet de terminer plus rapidement et avec succès sa formation. Cela renforce ainsi l’économie et la formation en Suisse. En plus, la Confédération et les cantons assument de moins en moins leurs responsabilités. La Confédération a ainsi baissé ses subventions de 75% ces dernières années. Une bourse d’études doit permettre aux personnes motivées et avec la capacité de le faire, de suivre une formation supérieure avec le soutien de la famille et d’une activité rémunérée à côté de leurs études.

Par conséquent l’Union des Etudiant-e-s de Suisse s’engage pour un OUI à l’initiative sur les bourses d’études – parce que la formation c’est l’avenir!

Iván Ordás Criado (fr) et Lea Oberholzer (de)